CLOWN … la lettre MOSQUITO … n°49 – Mai 2012

Un mot de Michel Jans sur Clown dans la lettre Mosquito du mois de Mai :

Un clown solitaire recueille une petite fille. Toujours à ses côtés, dans les moments heureux comme dans les difficiles, il redécouvre la vie auprès de ce petit bout. Et si c’est parfois les vaches maigres, la petite famille trouve toujours un moyen de s’en sortir. L’homme bourru cède la place à toute l’humanité qu’il dissimulait sous son maquillage.

Et puis un jour, un jour terrible, tout bascule…

Et le clown va se montrer sous un autre visage : celui de la vengeance et de la sauvagerie. Autant vous le dire, ce n’est pas une histoire d’enfants de choeur.

Une mise en page magnifique au service d’un scénario implacable.

CLOWN dans le Grenier à Livres …

Un nouveau billet sur CLOWN daté du 11 mai 2012 et publié sur le Blog le grenier à livres

Clown a découvert un jour une petite fille dans les ordures. Il l’a recueilli dans sa petite roulotte de bois et l’a élevé comme sa propre fille. Il lui fait des cadeaux, la borde dans son lit, lui apprend à lire. La vie est douce, on mange au bord d’un feu au son de la guitare. Les années passent, Zoé grandit et les jours ne sont pas toujours facile. Il faut se faire un peu d’argent pour manger. Un jour, Clown et Zoé arrive en ville. Clown rencontre d’anciennes connaissances pour qui il va travailler un temps. Des « amis » peu recommandables qui vont le faire boire et briser son bonheur.

Clown commence comme un joli conte. Pour se terminer tragiquement.
Le scénario tient en quelques mots : il s’agit ici d’une sombre histoire de vengeance qui va amener Clown à trucider ses compagnons de travail et de beuverie. Impossible de vous en dire plus, je vous laisse découvrir la raison de cet acte désespéré et néanmoins compréhensible.
Les paroles sont réduites à l’essentiel et la narration se fait par l’intermédiaire d’une voix off qui se suffit à elle-même pour comprendre l’histoire, tant le dessin est explicite.
Car ce qui marque surtout dans cet album, c’est le graphisme époustouflant dans lequel se déploie cette simple histoire. Les deux auteurs, père et fils, font preuve d’un remarquable travail sur le dessin et la couleur. L’ambiance se fait tantôt feutrée, tantôt menaçante. Les expressions du visages sont extrêmement parlantes et on ressent la tendresse entre Clown et Zoé, tout en rondeurs, tout comme la menace insidieuse des artistes du cirque avec leurs visages grimaçants et anguleux. La colorisation est parfaite, jouant habilement sur la lumière et les couleurs. Les scènes de nuit sont vivantes. Le rouge du cirque est un fil conducteur qu’on retrouve au fil des pages.

Bref, c’est véritablement un très bel album que voilà et je n’ai pas envie de vous en dire plus tant il est à savourer avec les yeux !
Si j’apprécie les Editions Mosquito, en tant qu’éditeur de Sergio Toppi, je ne peux que saluer à nouveau leur travail pour la découverte de cette petite perle ! Découvrez-la sans tardez !

Choco


Retrouvez les articles, critiques et planches BD  sur CLOWN ici !
Vous avez la possibilité de le commander sur amazon en cliquant sur l’icone de couverture ci-dessous

CLOWN chroniqué sur Epistol’ART…

CLOWN BD du Lundi  Epistol'ART

Une chronique (7 mai 2012) publiée sur le blog Epistol’ART dans la rubrique La BD du Lundi :

Clown est un… clown. Jusque là, j’espère que vous suivez. Un clown itinérant qui se déplace de village en village avec sa roulotte et son cheval comme seuls bagages. Sa vie change lorsqu’il découvre un bébé abandonné qu’il décide alors de prendre sous son aile. La petite Zoé grandit et fait le bonheur du clown solitaire. Une nuit va tout changer, lourde de conséquences pour les deux personnages.

Cette BD est pour le moment un OVNI pour moi mais je pense que plusieurs lectures sont nécessaires pour bien s’imprégner de Clown, de Louis et Jean-Louis Le Hir aux éditions Mosquito. Et pour en capter toutes les subtilités, les non-dits, les richesses d’un dessin et d’une mise en couleurs qui créent une atmosphère si particulière.

Les non-dits, il en est d’autant plus question qu’il n’y a aucun dialogue dans Clown. Juste quelques bouts de phrases, disséminés ci et là, apportent quelques précisions mais paradoxalement, ils seraient presque de trop et leur pertinence ne m’a pas toujours sauté aux yeux.

Comme toute BD sans texte qui se respecte, l’ensemble se lit très (trop) vite, en quelques minutes mais je pense vraiment que l’ouvrage mérite qu’on s’y attarde, encore et encore afin qu’il se dévoile réellement à nous.
Clown a plusieurs atouts à faire valoir. Il est beau tout d’abord. Bougrement beau. Le panel des couleurs est superbe, tant dans des tons lumineux que dans d’autres plus sombres. Le dessin, particulier, a vraiment du charme et une identité propre qui sied à merveille ce genre d’histoire. C’est plutôt du côté scénario que j’aurais quelques réserves. Le pitch de départ n’a rien de franchement original mais ce n’est pas un problème tant le traitement est judicieux.

En revanche, il y a un certain manque de lisibilité lors de certaines scènes. Vouloir tout suggérer au détriment des mots est fort louable et, la plupart du temps, bien maîtrisé. Mais c’est quelquefois un peu plus laborieux. Du coup, il manque un petit supplément d’âme qui m’aurait fait m’attacher un peu plus à Clown et à Zoé. Il y a un peu trop de silences pour que ces beaux personnages pourtant touchants nous attendrissent pleinement. Du coup, lorsque tout bascule dans l’horreur (avec une mise en scène très juste, sobre mais éprouvante et terrible), on regrette d’avoir le sentiment que les personnages nous ont un peu échappé depuis quelques pages, quelques cases.
On peut aussi considérer que la fin est un peu expédiée. D’ailleurs, je m’étais fait la réflexion, aux deux tiers du livre, que Clown allait probablement être un diptyque. Ben non. Un peu dommage mais c’est tout le paradoxe de cette BD. Tout ne m’a pas convaincu et pourtant j’aurais aimé en avoir encore plus. Plus de jeunesse « insouciante » malgré les aléas de la vie et la pauvreté de leur condition de saltimbanques. Plus de moments partagés entre une Zoé adulte qui se cherche et un Clown un peu dépassé par une fille qui grandit et qui connait ses premiers émois. Un soupçon d’émotion supplémentaire lors de ces moments là et Clown aurait été, à mon sens, parfait.

Reste une très bonne BD dont la deuxième partie, bien plus sombre, la destine à un public averti. Nous ne sommes pas en présence d’une BD jeunesse mais bel et bien d’une BD adulte aussi tendre que tragique. Ce serait dommage, malgré les quelques réserves que j’ai pu faire et qui ne sont absolument pas rédhibitoires, de ne pas se laisser tenter.

FRANCK

Retrouvez les articles, critiques et planches BD  sur CLOWN ici !

CLOWN … Note de lecture dans LA CHAINE D’UNION…

clown le hir

Note de lecture de Régis Doucet parue LA CHAINE D’UNION n° 60 d’avril 2012
(revue d’études maçonniques philosophiques et symboliques publiée par le Grand Orient De France)

CLOWN
C’est une histoire bien triste que raconte cette BD. Une de ces histoires à la Dickens, avec un clown triste, une enfant battue, la rencontre de deux êtres solitaires, le monde sordide et caché de certains cirques. La neige, la boue sur des villes grises. La détresse que rien ne peut guérir. Mais cet album vaut le détour, car ce récit est mené sans un seul mot, par la force de la seule narration graphique, par la séduction du dessin et de la mise en couleur. Le monde dessiné de Clown surprendra les amoureux de BD qui ont aimé Une nuit chez Kipling, ouvrage en noir et blanc dans un style fort éloigné de cet album. Last not least, Jean louis le Hir est accompagné dans cette BD par son fils Louis, un apprenti au niveau du maître.

CLOWN… On en parle sur BD Gest …

clown lehir bdgest

Une nouvelle critique de CLOWN sur le Blog Scribophage et le site BD Gest par wacom le 8 mai 2012.

C’est un soir d’hiver que Clown trouva Zoé. Il l’adopta.

L’introduction est avare de mots et la suite l’est tout autant. D’ailleurs, l’histoire a déjà été racontée mille fois : l’amour entre un père et sa fille, mis à mal par la cruauté du monde. Peu d’originalité à rechercher dans le fond. Ici, l’art est dans la manière ; beaucoup de choses passent par le dessin et les couleurs, par des compositions silencieuses qui en disent plus que de longues tirades enflammées. Les personnages vivent, s’attachent à vous par de petits gestes, des impressions fugaces, des regards qui font mouche.

Un beau récit, tout en simplicité, porté par des ambiances envoûtantes.

Wacom

Retrouvez les articles, critiques et planches BD  sur CLOWN ici !

CLOWN vient de sortir … disponible à la fnac… sur amazon.fr … chez les libraires spécialisés BD…

clown mosquito

Voilà qui fait plaisir, l’abum est enfin disponible sur les sites de vente en ligne
et dans les librairies spécialisées en Bandes dessinées.
vous pouvez aussi le demander à votre libraire qui peut le commander aux éditions MOSQUITO.
ou le commander en ligne sur amazon en cliquant sur l’icone de couverture si-dessous

CLOWN sur Scenario.com …

La critique de CLOWN sur le site sceneario.com le 16 Mars 2012 …

l’album sort le 5 Mai en librairie.

CLOWN sur Scenario.com

Le papier de AUB (16 mars 2012) sur scénario.com :

Clown recueille Zoé au beau milieu de l’hiver.
Tel un père il l’éduque et lui apprend la vie.
A rire, s’amuser, travailler ou simplement profiter de la vie… mais un jour, Clown retrouve d’anciennes connaissances qu’il n’aurait mieux valu ne pas recroiser.

Moins de 5 minutes pour avaler l’album. Mais plus de 2 heures, ensuite, pour le déguster.
Alors, attaquez le de deux manières:
– La première, en le lisant d’une traite. De toute façon, vous ne pourrez faire autrement, tellement vous serez subjugués par l’histoire.
– La deuxième lecture vous permettra de savourez l’ouvrage. Vous prendrez votre temps, vous regarderez les images une à une, en analysant tous les détails. Vous ne pourrez alors qu’en apprécier la qualité.

Le trait est maitrisé, les couleurs finement choisies et tellement bien domptées que l’on est emporté dans ces planches et ces cases superbes.
Reflet de notre monde cruel, simple prétexte pour nous parler des ravages de l’alcool, peu importe, qu’on se laisse porter par l’histoire de Clown, ou qu’on se transpose à notre époque, le sujet est grave, mais habilement maitrisé.

Une superbe découverte pour un excellent moment de lecture. De la très bonne bande dessinée à ne pas manquer.

Merci aux Editions Mosquito pour ce très bel ouvrage.
Par AUB

Retrouvez les articles, critiques et planches BD  sur CLOWN ici !